* *
* *
Articles

Fermer BIAGNE 10 ANS !

Fermer PRESENTATION BIAGNE

Fermer RAPPORTS

Fermer RUBRIQUE MEDICALE

Fermer TEMOIGNAGES

Photos

Fermer  ASSOCIATION

Fermer  BIAGNE 10 ANS !

Fermer  MISSIONS A MBOUO

Fermer  MISSIONS CAMEROUN

Fermer  MISSIONS EN FRANCE

Fermer  ODONTOLOGIE

Fermer  TROMBINOSCOPE

Fermer  UDM - AED

Fermer  VISITE CAMEROUN

Recherche




petit drapeau.gifTEMOIGNAGES - 2005 par Pierre.L BLANC

A propos de Biagne

La possibilité de participer au travail de l’association Biagne m’a été donnée par ma rencontre, dans un cadre professionnel avec Hervé MOGTO. J’ai très vite adhéré à ce projet qui me permettait de m’impliquer dans le domaine humanitaire, ce que je souhaitais depuis longtemps, idée qui devenait plus pressante en 2000 à l’occasion d’une formation en médecine tropicale. Je n’ai pas été déçu par ma participation à Biagne qui m’a permis de découvrir les réalités médicales de l’Afrique, très déstabilisantes pour un occidental, ainsi que ses aspects géographiques et socio culturels et de nouer des amitiés solides avec des gens chaleureux et intéressants. Mon modeste apport s’est fait dans le domaine du diabète, pathologie en forte progression en Afrique, comme dans tous les pays en développement qui doivent apporter une réponse à ce problème. A Mbouo, une unité de diabétologie a été créée, du matériel apporté (lecteurs de glycémie), des enseignements faits, des documents remis, des consultations donnéesmais le fonctionnement de cette unité est loin d’être parfait et des efforts importants des personnels locaux seront nécessaires pour qu’elle soit efficace, peu coûteuse, et qu’elle allie des actions préventives et thérapeutiques dont elle pourra rendre compte. D’une façon générale, toutes les actions de Biagne doivent être relayées par l’implication forte des partenaires locaux. Les apports en matériels, en formations, en conseils, le soutien moral de Biagne sont importants pour améliorer la prise en charge médicale des populations de l’ouest du Cameroun, mais ils ne seront rien si ces populations ne se prennent pas en charge elles mêmes. C’est à ce niveau qu’il existe parfois de la déception quand on est confronté à une certaine passivité et à un certain fatalisme des personnels médicaux et paramédicaux. C’est sur ce problème des relations entre Biagne et Mbouo, des attentes respectives de chacun, de l’absence d’ambiguïtés que des éclaircissements doivent être apportés. Une notion doit rester présente, que le temps en Afrique n’est pas aussi rapide qu’en Occident, et que les changements qu’on espère en venant à Mbouo seront forcément lents. Passé un moment de découragement bien compréhensible devant l’immensité du travail, il faut savoir être patient et prendre du recul pour constater que les choses bougent.

 

Dr Pierre Louis BLANC

ANNONAY


Date de création : 18/06/2005 @ 17:22
Dernière modification : 17/05/2007 @ 16:34
Catégorie : TEMOIGNAGES
Page lue 3541 fois

2013 Container d'octobre
Contacts
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

^ Haut ^